Diagnostic préimplantatoire (DPI)

Cette technologie s’utilise dans le processus de la FIV afin de détecter des embryons non affectés génétiquement, pour être ultérieurement implantés. L’objectif final de cette technique est d’éviter que le fœtus souffre de maladies génétiques évitables.

Le DPI a aussi, comme le reste des techniques de procréation assistée, certaines restrictions concernant la loi puisque dans de nombreux pays sa légalisation n’est pas reconnue allant même jusqu’à être moralement refusé. Ci-dessous nous verrons de façon plus détaillée les particularités du diagnostic préimplantatoire, ou le PGD si l’on utilise ces sigles en anglais.

Technique de procréation assistée utilisée dans le processus de Fécondation In Vitro (FIV)

De quoi s’agit-t’il?

Le diagnostic préimplantatoire est une technique de prévention utilisée en procréation assistée afin de détecter des anomalies génétiques dans l’embryon. Ce procédé est réalisé dans un cycle de Fécondation In Vitro ou de l’ICSI pour sélectionner des embryons qui soient génétiquement corrects.

Il s’agit d’une technique qui s’applique avant de réaliser le transfert d’embryon dans l’utérus de la femme dans le processus de la Fécondation In Vitro ou de l’ICSI. Grâce à ce processus, il est possible d’éviter des maladies comme le syndrome de down (trisomie 21) mais également le cancer.

C’est plus complexe que dans le processus habituel d’une fécondation in vitro, c’est la raison pour laquelle le coût économique est supérieur. Comme pour toutes les techniques, le prix du traitement ne dépend pas seulement de la complexité mais aussi de chaque clinique et de chaque cas particulier.

En quoi consiste la DPI ?

Indications

  • Lorsque les géniteurs, ou du moins un des deux, sont porteurs d’une maladie génétique héréditaire.
  • Lorsque les géniteurs, ou du moins un des deux, sont porteurs d’une anomalie génétique. Par exemple, des transferts génétiques, des inversions chromosomiques, etc.
  • Après un échec répété lors de plusieurs cycles de Fécondation In Vitro ou d’ICSI.
  • Après plusieurs failles successives lors de l’implant de l’embryon.
  • Avortements spontanés à répétition.
  • Âge avancé de la mère
  • Antécédents d’une aneuploïdie fœtale
  • Stérilité masculine dans des cas concrets

Une fois de plus, l'âge avancé d'une future mère est une des causes pour lesquelles il faut recourir à cette technique de procréation assistée

Processus

3 jours après la ponction ovarienne réalisée sur la patiente, et la fécondatoin de l’ovule par un spermatozoïde, on procède au DPI. L’embryon a entre 6 et 8 cellules mères. Ci-dessous, nous énumérerons les différentes étapes de cette technique:

  • Extraction du matériel génétique de l’embryon
  • Analyse du matériel génétique extrait
  • Compensation par l’embryon de l’absence de cette cellule extraite et multiplication de façon naturelle
  • Vérification d’une éventuelle mutation dans le matériel génétique de l’embryon en question.

Processus du DPI

Résultats

  • Augmentation de la probabilité de survie de l’embryon
  • Réduction du risque d’avortements spontanés et à répétition
  • Obtention des informations sur le matériel chromosomique
  • Augmentation du taux de grossesse