Don d’ovocytes en République tchèque

La loi régissant l’application des techniques de procréation médicalement assistée en République tchèque (loi 227/2006) autorise le don d’ovocytes en tant que traitement afin de pallier aux problèmes d’infertilité féminine.

Les raisons les plus fréquentes pour lesquelles une femme a recours au don d’ovocytes sont :

  • Ménopause précoce ou insuffisance ovarienne prématurée
  • Réserve ovarienne basse (mauvaise qualité et faible quantité d’ovocytes)
  • Anomalies génétiques susceptibles d’être transmises
  • Échecs consécutifs de FIV avec les propres ovocytes de la patiente, en raison d’un échec d’implantation ou de fausse couche à répétition
  • Âge maternel avancé

Lorsqu’une femme souffre de troubles de la fertilité, se soumettre à un traitement de fécondation in vitro avec don d’ovocytes peut lui permettre de devenir mère. L’âge limite pour se soumettre à un traitement de FIV avec don d’ovocytes est actuellement de 48 ans + 364 jours (au jour du transfert d’embryon).

Aspects légaux du don d’ovocytes

La loi 227/2006 sur les techniques de procréation et sur les traitements d’infertilité, met en évidence deux aspects fondamentaux du don d’ovocytes : l’altruisme et l’anonymat.

En République tchèque, le don d’ovocytes doit être volontaire et anonyme. Cela veut dire que la femme qui offre ses ovocytes le fait sans y être contrainte (et l’indique clairement dans le formulaire de consentement éclairé qu’elle doit signer) et ne connaîtra pas le couple qui recevra ses ovocytes pour pouvoir avoir un enfant.

Cet anonymat va dans les deux sens, c’est-à-dire que la donneuse ne connaîtra pas l’identité des patients ni celle du futur enfant conçu grâce à son don.

Par ailleurs, le don est altruiste, ce qui veut dire que la vente d’ovocytes est interdite. Toutefois, la donneuse peut se voir récompensée financièrement en étant remboursée des frais occasionnés par le processus de don tels que les frais de déplacement, les absences au travail, etc.

La loi stipule également que la donneuse n’aura aucun type de droit ni d’obligations de maternité sur l’enfant né et les conditions essentielles qu’elle doit remplir sont :

  • Avoir entre 18 et 35 ans
  • Être en bonne santé
  • Signer le formulaire de consentement éclairé

Enfin, la loi stipule que seuls les couples hétérosexuels pourront avoir accès à cette technique. Les femmes célibataires et les couples homosexuels n’ont donc pas le droit de recourir à la procréation médicalement assistée.

FIV avec don d’ovocytes

Lorsqu’un don d’ovocytes est utilisé, la seule technique possible est la fécondation in vitro, l’insémination artificielle est donc écartée. En fonction de la qualité du sperme, que ce soit le sperme d’un donneur ou le sperme du futur père, on choisira la technique de FIV la plus appropriée, la conventionnelle ou l’ICSI.

Lorsqu’une femme se soumet à cette technique, elle évite la stimulation ovarienne et la ponction folliculaire. Toutefois, elle se soumet à un traitement qui préparera son endomètre pour le transfert des embryons.

Ce traitement permet à l’endomètre (muqueuse utérine où s’implantent les embryons) d’acquérir l’aspect et la grosseur appropriés pour favoriser la grossesse. Il consiste à s’administrer un traitement hormonal sous forme de patchs, de comprimés ou de pilules vaginales d’œstrogènes et de progestérone.

Si la patiente est étrangère, de nombreuses cliniques lui permettent de débuter le traitement hormonal de préparation endométriale dans son pays d’origine et de ne se rendre à la clinique de République tchèque qui pratiquera la FIV, seulement quelques jours avant le transfert des embryons.

Un commentaire

  1. usuario
    Kira

    Quelqu’un saurait-il plus ou moins les délais d’attentes pour un don d’ovocytes en République tchèque svp?