Revue médicale certifiée par WMA, ACSA, HON.
FAQs
9
0
Menu

Que se passe-t-il si la motilité progressive des spermatozoïdes est supérieure à 32 % mais que la motilité totale est inférieure à 40 %?

Par María Velasco Álvarez.
Dernière actualisation: 08/11/2021

Lors d'une étude de base du sperme, la mobilité des spermatozoïdes est un paramètre important qui peut être décisif pour le diagnostic et le choix du traitement le plus approprié.

En termes de motilité, trois types de spermatozoïdes sont déterminés : progressivement motile (PM), non-progressivement motile (NP) et immotile (IM). Les MP sont les spermatozoïdes qui se déplacent et sont mobiles. Les NP, en revanche, désignent les spermatozoïdes qui sont semi-moteurs, mais ne sont pas capables de se déplacer. Enfin, les spermatozoïdes immobiles ne bougent pas et ne sont pas capables de bouger.

Selon l'OMS, la MP doit être supérieure à 32% et la somme de la MP et de la NP supérieure à 40%. Les échantillons dont les valeurs sont inférieures aux valeurs de référence sont diagnostiqués comme asthénozoospermie.

Bien qu'a priori les critères de motilité envisagent, d'une part, une motilité progressive et, d'autre part, la somme de la motilité totale (MP et NP), au moment du diagnostic, seule la MP est prise en compte, qui doit être supérieure à 32%. Par conséquent, si le pourcentage de spermatozoïdes mobiles dans un échantillon est supérieur à 32 %, il sera considéré comme une motilité normale.

Toutefois, il est important de souligner que, pour un diagnostic correct, les jours d'abstinence doivent être limités à 2-7 jours. Une abstinence prolongée, supérieure à 7 jours, peut avoir un impact négatif sur certains paramètres, comme la motilité. Le pourcentage de spermatozoïdes mobiles diminue à mesure que les jours d'abstinence augmentent, il est donc essentiel d'en tenir compte.

La rédaction vous recommande: Quelles valeurs sont normales dans l’analyse de la motilité des spermatozoïdes?.

 María Velasco Álvarez
María Velasco Álvarez
MSc
Embryologiste
Elle est titulaire d'un diplôme en biologie et d'un master en bases théoriques et procédures de laboratoire en matière de procréation assistée - IVI. Elle est également titulaire d'un master en recherche biomédicale de l'UPV/EHU.
Numéro de membre : 1817
Embryologiste. Elle est titulaire d'un diplôme en biologie et d'un master en bases théoriques et procédures de laboratoire en matière de procréation assistée - IVI. Elle est également titulaire d'un master en recherche biomédicale de l'UPV/EHU. Numéro de membre : 1817.