Fertilité après un avortement: une grossesse est-elle possible?

Par (embryologiste) et (embryologiste).
Dernière actualisation: 30/06/2021

Nombreuses sont les femmes qui, après avoir subi une fausse couche ou une perte de grossesse, se demandent si elles pourront tomber enceintes à nouveau ou si, au contraire, la fausse couche aura affecté leur fertilité.

À cet égard, il faut faire une distinction selon le type d'avortement. La grossesse après une fausse couche ne pose généralement pas de problème à la plupart des femmes. Cependant, l'avortement provoqué et la fausse couche avec curetage peuvent présenter un risque pour la fertilité féminine s'ils ne sont pas effectués correctement.

Dans tous les cas, il ne faut pas oublier que subir une fausse couche peut être une situation stressante pour les patientes et peut affecter leur état émotionnel. C'est pourquoi il est parfois recommandé de demander une aide psychologique avant de tenter une nouvelle grossesse, que ce soit naturellement ou par des techniques de reproduction assistée.

Vous trouverez ci-dessous un index des 7 points que nous allons aborder dans cet article.

Types d'avortement

La fausse couche est la perte de l'embryon avant la 20e semaine de grossesse. Cela peut se produire de manière spontanée (fausse couche) ou provoquée (avortement volontaire). En fonction de cela, l'effet sur la fertilité et le corps de la femme sera plus ou moins grave.

Fausse couche ou avortement spontané

Ce type de fausse couche se produit naturellement. La patiente sait qu'elle fait une fausse couche car elle commence à avoir des saignements et de fortes douleurs abdominales. Les fausses couches surviennent le plus souvent au cours des premières semaines de la grossesse. Plus la perte de grossesse est précoce, moins les conséquences possibles sur la fertilité féminine sont importantes.

Dans de nombreux cas, notamment pour les avortements les plus avancés, il est nécessaire de pratiquer ce que l'on appelle une curetage. Il s'agit d'une technique gynécologique qui consiste à racler les parois de l'utérus afin d'éliminer tout tissu embryonnaire qui pourrait être resté dans l'utérus. En tant qu'intervention chirurgicale, le curetage utérin peut compromettre la fertilité d'une femme s'il n'est pas effectué correctement.

Cependant, la nécessité d'un curetage ne se présente pas dans tous les cas. De nombreuses femmes traversent une fausse couche sans que cela n'affecte leurs futures conceptions.

En cas de fausses couches récurrentes, il faut analyser la situation de la femme pour en déterminer la cause et trouver une solution qui permette à la grossesse d'évoluer. Ces types de fausses couches sont associés à des problèmes tels que des altérations chromosomiques, un âge avancé, etc.

Avortement volontaire ou provoqué

L'avortement provoqué est ce que l'on appelle une interruption volontaire de grossesse, puisque c'est la femme elle-même qui décide d'interrompre sa grossesse. Dans ces situations, le développement embryonnaire est généralement stoppé par des pilules, ce que l'on appelle un avortement chimique avortement chimique.

En revanche, si elle survient au-delà des huit premières semaines de grossesse, une intervention chirurgicale doit être pratiquée et s'appelle un avortement chirurgical.

Lorsqu'une intervention chirurgicale est nécessaire pour interrompre la grossesse, deux méthodes peuvent être utilisées:

Aspiration
est plus fréquente si l'avortement est provoqué avant 12 semaines. L'avortement chirurgical par aspiration consiste à retirer l'embryon/fœtus par aspiration à l'aide d'une seringue ou d'une pompe à vide. Cette procédure nécessite une anesthésie locale ou générale.
Dilatation et curetage
est réalisée lorsque l'aspiration n'est pas possible. Il s'agit de provoquer l'ouverture du col de l'utérus et de retirer une partie de la paroi de la cavité par grattage (curetage). La procédure est très similaire aux cas de curetage après une fausse couche.

Comme pour la fausse couche, plus elle est précoce, moins elle présente de risques. Il est également essentiel qu'elle soit réalisée par un professionnel expérimenté pour éviter d'éventuelles conséquences négatives.

Risques liés à l'avortement

La plupart des professionnels de la santé décrivent l'avortement comme une procédure à faible risque, sans effet grave sur la fertilité et la réussite de futures grossesses. En fait, si l'avortement a été normal et sans complication, un examen gynécologique ne devrait même pas reconnaître que la femme a vécu cette situation.

Malgré cela (à l'exception des fausses couches précoces), il s'agit toujours d'une intervention chirurgicale et, en tant que telle, elle comporte des risques. Les principaux effets secondaires de l'avortement qui peuvent entraîner la stérilité sont les suivants:

  • Déchirure des zones de l'appareil reproducteur féminin.
  • Saignement vaginale.
  • Infection des voies génitales.
  • Dégâts au niveau du col de l’utérus.
  • Déchirement de l'utérus.
  • Perforation de l'utérus.
  • Abcès à l'intérieur de l'abdomen : s'il n'est pas traité, il peut entraîner une maladie inflammatoire pelvienne.

Dans le cas d'un avortement chirurgical, outre le risque de blessure de l'utérus, d'autres organes tels que l'intestin et la vessie peuvent être touchés. Dans ces cas, une intervention chirurgicale supplémentaire sera nécessaire pour réparer l'organe endommagé.

Il ne faut pas oublier que, bien que correctement réalisé, il s'agit d'un processus à faible risque, l'utilisation de méthodes non professionnelles pour provoquer un avortement peut avoir de graves conséquences pour la femme, non seulement pour sa fertilité, mais aussi pour sa santé générale.

Avortement et grossesse

Malheureusement, l'avortement est plus fréquent que nous le souhaiterions. De nombreuses grossesses se terminent par une fausse couche aux premiers stades du développement embryonnaire. Souvent, avant même que la femme ne découvre qu'elle est enceinte.

La plupart de ces avortements sont des cas uniques et n'empêchent pas une nouvelle grossesse. L'exception est constituée par les fausses couches récurrentes, dont la raison principale est une malformation chromosomique. Nous pouvons également rencontrer des difficultés pour obtenir une conception après des curetages multiples, car cela augmente la probabilité de blessures utérines.

Un autre processus possible lié à une fausse couche et susceptible de compliquer la conception est la dilatation utérine. Cette procédure peut affaiblir l'utérus et entraîner une insuffisance cervicale ou un col incompétent, c'est-à-dire un col qui se dilate prématurément. Dans de nombreux cas, ce problème est résolu en effectuant un cerclage du col de l'utérus, une procédure qui consiste à maintenir le col de l'utérus fermé par un point de suture.

Si vous devez faire un traitement de fécondation in vitro pour devenir maman, nous vous recommandons d'utiliser le Rapport sur la fertilité. En 3 étapes simples, qui vous permettra de connaître les cliniques à l’étranger qui répondent à nos critères de qualité rigoureux. En outre, vous recevrez un rapport contenant des conseils utiles avant de réaliser des visites dans les cliniques.

Vos questions fréquentes

Puis-je essayer de tomber enceinte à nouveau après une fausse couche sans attendre d'avoir des règles manquées?

Par Andrea Rodrigo (embryologiste).

Bien que certaines études indiquent que c'est possible, de nombreux professionnels recommandent d'attendre au moins un ou deux cycles depuis l'avortement pour recommencer à chercher une grossesse. Dans tous les cas, cela dépendra du moment où l'avortement a eu lieu, des qualités de chaque femme, etc.

Est-ce que je peux tomber enceinte après une fausse couche sans curetage?

Par Andrea Rodrigo (embryologiste).

Le plus souvent, oui. De nombreuses femmes font une fausse couche précoce sans que cela n'affecte leur fertilité. Ce qui serait inquiétant, c'est que cette situation se répète plus de trois fois. Dans ce cas, on parlerait de fausse couche récurrente et il serait nécessaire de faire des tests de fertilité spécifiques pour en déterminer la cause.

Quel est le traitement pour que l'avortement manqué n'affecte pas la fertilité?

Par Andrea Rodrigo (embryologiste).

Un avortement manqué ou avortement manqué est défini comme l'arrêt du développement embryonnaire sans expulsion de l'embryon, c'est-à-dire lorsque l'embryon/fœtus meurt, mais que le corps de la femme n'est pas en mesure de l'expulser.

Dans ce cas, un avortement provoqué doit être effectué, généralement par dilatation et curetage. Il est également possible qu'elle soit réalisée avec des médicaments spécifiques à cet effet. Dans tous les cas, elle doit être réalisée de manière appropriée et par un spécialiste pour éviter d'affecter la fertilité de la femme et lui éviter d'avoir des problèmes pour mener à bien une nouvelle grossesse.

Combien de temps après l'avortement dois-je attendre pour essayer d'être à nouveau enceinte?

Par Andrea Rodrigo (embryologiste).

Bien que l'OMS recommande d'attendre environ six mois avant d'envisager une nouvelle grossesse, de nombreuses études indiquent que plus tôt vous retombez enceinte, moins vous risquez de subir une nouvelle fausse couche ou d'autres complications gestationnelles.

Les recommandations de l'OMS se fondent principalement sur les aspects émotionnels, car une fausse couche est un traumatisme dur et il est conseillé d'avoir surmonté ce chagrin et d'être prêt à affronter la nouvelle grossesse avec enthousiasme. En revanche, les études qui indiquent qu'il n'est pas nécessaire d'attendre pour concevoir à nouveau après l'avortement se fondent sur des aspects physiologiques du corps féminin.

Dans tous les cas, il est important de consulter votre médecin. De nombreux spécialistes recommandent d'attendre en moyenne deux menstruations avant de réessayer. Cependant, cela dépend beaucoup du type de fausse couche qui s'est produite et des conséquences de la fausse couche, tant sur le plan physique qu'émotionnel.

Un avortement affectera-t-il ma fertilité?

Par Marta Barranquero Gómez (embryologiste).

Non. En général, les chances de tomber enceinte sont les mêmes après un avortement. En outre, les femmes qui ont subi un avortement au cours de leur vie sont tout aussi susceptibles de tomber enceintes que les femmes qui n'ont pas eu recours à l'avortement.

Une attention particulière ne doit être portée que chez les femmes ayant connu plusieurs épisodes de fausses couches, c'est-à-dire dans les situations de fausses couches répétées. Elle est envisagée après 3 pertes gestationnelles ou plus. Dans ces cas, on parlerait d'un problème de fertilité et il serait nécessaire de réaliser une étude plus détaillée pour évaluer l'origine du problème.

Est-il conseillé de faire un test avant de tenter une nouvelle grossesse après trois fausses couches?

Par Marta Barranquero Gómez (embryologiste).

Oui, après 3 fausses couches ou plus, on considère qu'il s'agit d'une situation de fausses couches répétées ou récurrentes. L'idéal serait de consulter un spécialiste de la fertilité pour évaluer l'origine du problème et trouver la cause des fausses couches.

Ainsi, certains examens tels que les caryotypes, l'échographie, l'hystéroscopie, l'hystérosalpingographie, etc. peuvent aider le médecin à mieux s'orienter sur le plan thérapeutique.

L'avortement affecte-t-il les grossesses futures?

Par Marta Barranquero Gómez (embryologiste).

Pas en principe. La plupart des patientes se demandent si un avortement chirurgical ou chimique pourrait avoir des conséquences sur leur fertilité et, par conséquent, sur la probabilité d'obtenir une grossesse évolutive à l'avenir. Toutefois, cela ne devrait pas les inquiéter, car la plupart des spécialistes considèrent l'avortement comme une procédure assez simple, sans effets graves sur la fertilité de la femme.

Malgré cela, il existe toujours un risque minimal, comme pour toute autre intervention chirurgicale.

La rédaction vous recommande

Nous avons parlé de l'avortement provoqué et de l'avortement spontané, mais c'est ce dernier qui inquiète le plus les femmes qui souhaitent devenir mères. C'est pourquoi nous vous laissons quelques informations à son sujet: Qu'est-ce que la fausse-couche ou avortement spontané?

Nous pensons qu'il est important de connaître les signes d'une menace de fausse couche afin d'agir à temps pour l'empêcher de se produire. Nous l'expliquons ici en détail: Risque de fausse couche précoce: signes et symptômes.

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

A Kulczycki, M Potts, A Rosenfield. Abortion and fertility regulation. Lancet. 1996 Jun 15;347(9016):1663-8. doi: 10.1016/s0140-6736(96)91491-9.

Elisabeth L Ahman, Iqbal H Shah. Contraceptive use, fertility, and unsafe abortion in developing countries. Eur J Contracept Reprod Health Care. 2006 Jun;11(2):126-31. doi: 10.1080/13625180500279813.

Hendricks, M. S., Chow, Y. H., Bhagavath, B. and Singh, K. (1999), Previous Cesarean Section and Abortion as Risk Factors for Developing Placenta Previa. Journal of Obstetrics and Gynaecology Research, 25: 137-142. doi:10.1111/j.1447 0756.1999.tb01136.x

McCarthy, F. P., Khashan, A. S., North, R. A., Rahma, M. B., Walker, J. J., Baker, P. N., … Kenny, L. C. (2013). Pregnancy loss managed by cervical dilatation and curettage increases the risk of spontaneous preterm birth. Human Reproduction (Oxford, England), 28(12), 3197–3206.

T Frejka. Induced abortion and fertility. Fam Plann Perspect. Sep-Oct 1985;17(5):230-4.

Yao Wang, Yun Sun, Wen Di, Yan-Ping Kuang, Bing Xu. Association between induced abortion history and later in vitro fertilization outcomes. Int J Gynaecol Obstet. 2018 Jun;141(3):321-326. doi: 10.1002/ijgo.12481. Epub 2018 Mar 27.

Vos questions fréquentes: 'Puis-je essayer de tomber enceinte à nouveau après une fausse couche sans attendre d'avoir des règles manquées?', 'Est-ce que je peux tomber enceinte après une fausse couche sans curetage?', 'Quel est le traitement pour que l'avortement manqué n'affecte pas la fertilité?', 'Combien de temps après l'avortement dois-je attendre pour essayer d'être à nouveau enceinte?', 'Un avortement affectera-t-il ma fertilité?', 'Est-il conseillé de faire un test avant de tenter une nouvelle grossesse après trois fausses couches?' et 'L'avortement affecte-t-il les grossesses futures?'.

Voir plus

Auteurs et collaborateurs

 Andrea Rodrigo
Andrea Rodrigo
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Universidad Politécnica de Valencia (UPV) d'un Master Universitario en Biotechnologie de la Procréation Médicalement Assistée, par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI). Diplômée comme Expert en Génétique Médicale. En savoir plus sur Andrea Rodrigo
 Marta Barranquero Gómez
Marta Barranquero Gómez
Embryologiste
Diplômé en biochimie et sciences biomédicales de l'Université de Valence (UV) et spécialisé en Procréation Médicalement Assistée par l'Université d'Alcalá de Henares (UAH) en collaboration avec Ginefiv et en génétique clinique de l'Université d'Alcalá de Henares (UAH). En savoir plus sur Marta Barranquero Gómez
Affiliation à l’Ordre: 3316-CV

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.