La grossesse

La grossesse est un processus par lequel se crée et se développe un embryon dans l’utérus de la femme.

La gestation commence avec l’implantation, une fois que l’ovule et le spermatozoïde se sont réunis dans les trompes de Fallope, l’embryon descend des trompes jusqu’à l’utérus. Entre le 5ème et le 7ème jour, l’embryon est à l’état de blastocyste et c’est à ce moment qu’il s’implante, s’introduit dans l’endomètre et restera dans cette zone pour grandir jusqu’à atteindre le moment de la naissance, soit environ à 40 semaines de la fécondation.

Pendant ce temps, autant physiquement qu’émotionnellement, la femme expérimente beaucoup de changements qu’elle n’a jamais vécus auparavant. Comme nous le savons, la poitrine grossit progressivement dès le premier mois, puisque quand nait le bébé, cela permettra de l’alimenter du lait que produit la mère dans ses seins. De plus, le col de l’utérus se détend, le cordon ombilical, le placenta, et tout ce qui est nécessaire sont créés dans le ventre de la femme pour donner les conditions optimales de gestation.

Comme nous l’avons dit, il est logique qu’avec tout ce changement hormonal, elle puisse souffrir aussi de déséquilibres émotionnels. Peut être une plus grande sensibilité et des préoccupations. À cela, il faut ajouter les gênes typiques comme les nausées et le gonflement, non seulement du ventre, mais aussi des pieds, des jambes et du corps en général, surtout dans les derniers mois, quand le processus est le plus avancé et que le bébé pèse le plus.

Il est important également de maintenir un régime équilibré et riche en nutriments, car elle commence à manger pour deux et l’embryon s’alimente directement à travers la nourriture de la mère. Attention aussi à l’exercice physique. On doit limiter les postures et efforts. Dans cette article, nous traiterons spécifiquement de toutes ces questions dans leur paragraphe respectif.

La grossesse mois par mois. Développement du fœtus

Une grossesse est un processus relativement long dans lequel la femme et le fœtus expérimentent des changements importants. Pas seulement des changements physiques que nous pouvons simplement observer lors des grossesses, mais en plus d’un état animique, les émotions et les perceptions, ainsi que d’autres symptômes invisibles, affectent également la femme enceinte et le futur bébé.

Lors des premières semaines, le bébé commence à développer le goût et à effectuer la déglutition, processus qui plus tard lui permettra de téter et faire sa digestion, un fois né. Ce processus peut se prolonger durant les deux premiers mois, environ 10 semaines.

Par la suite, le fœtus développera, aux environs des trois mois, le processus respiratoire. Il commencera à effectuer les mouvements nécessaires pour inhaler l’oxygène et expulser le dioxyde de carbone, bien qu’il ne le fera automatiquement qu’une fois qu’il verra définitivement le jour.

À 24 semaines, il commence à sucer. Cela est d’une importance vitale puisqu’il est nécessaire de savoir s’alimenter pendant les premiers mois, voire des années, de sa vie. Sans la succion, il sera difficile d’extraire le lait maternel, même si aujourd´hui il existe des méthodes pour le faire artificiellement et le bébé substitue ainsi le sein de la mère par une tétine de biberon. Cela est une décision personnelle de chaque femme, ou un conseil du médecin chez qui vous irez pour votre santé post-accouchement.

Pendant le septième mois, le bébé commence à distinguer les sons. C’est un moment réellement émouvant puisqu’il sera capable de distinguer sa propre mère des autres voix et de commencer à recevoir des stimuli qui feront parti de sa vie quotidienne une fois né. Voix de parents, musique, télévision, etc. Chaque son stimulera le futur enfant lors de cette étape.

Grossesse mois par mois

Échographies du fœtus

L’échographie est une technique de diagnostic par image basée sur l’émission d’ultrasons par une sonde. Les ultrasons pénètrent dans la peau (pour faciliter ce processus, on utilise un gel aqueux) et permettent d’obtenir une vision du fœtus, qui se reflète dans l’échographe.

C’est un des examens les plus importants pendant la grossesse et auquel il faut se soumettre périodiquement pour s’assurer que tout soit correct et que le fœtus suive son évolution normale.

Il existe deux façons d’effectuer des échographies, nous les distinguons en 2 types distincts : l’échographie transvaginale et l’échographie abdominale. La première se réalise durant le premier trimestre de gestation et bien qu’elle dérange plus la femme, elle permet d’obtenir des images avec plus de détails que l’abdominale. La seconde s’effectue durant les derniers trimestres de la grossesse et puisqu’il est plus difficile d’obtenir de bonnes images, normalement il est conseillé de se rendre à la consultation la vessie pleine, pour une meilleure netteté dans les résultats de l’échographie.

Grâce à ces examens, on peut savoir le sexe du bébé avant qu’il naisse, la position dans laquelle se trouve le fœtus, la quantité de liquide amniotique, l’évaluation du placenta, examiner les anomalies morphologiques, etc.

Échographies foetales

Emotions pendant la grossesse

Durant la grossesse, ce sont beaucoup de changements que vivent surtout les femmes dus aux déséquilibres hormonaux dont elle souffrent et dont elles ne sont pas habituées. Parmi les autres sentiments, lorsque vous êtes enceinte, l’auto-estime, le désir sexuel, l’énergie ou simplement la peur de ne pas savoir comment affronter la nouvelle vie qui vous attend une fois la naissance du bébé, pourront varier.

Les premiers symptômes apparaissent lors du premier trimestre de grossesse avec de fréquents changements d’humeur. Il est possible que vous arriviez à vous questionner si réellement vous voulez être mère, et ensuite, vous passez à un état de pleine joie d’être enceinte. Cela est plus courant que ce que l’on croit, c’est pour cela que vous ne devez pas vous inquiéter lorsque ces pensées vous envahissent.

Lors du deuxième trimestre, vous serez déjà plus consciente de la situation, vous pouvez sentir la présence de votre enfant et être plus tranquille. Maintenant, la seule chose qui vous importe est le bien-être de votre futur enfant. Cela peut également vous mettre dans un état d’excès d’inquiétude qui vous rend anxieuse. Il sera difficile d’essayer d’éviter cette situation.

A partir de maintenant, votre corps est gonflé et votre ventre est gros, ainsi il est normal que vous ne vous sentiez plus sexy ou attractive. Ne le pensez pas, il se peut que la grossesse fasse ressortir votre côté le plus féminin. Essayer de garder une grande estime de vous, c’est important pour trouver la stabilité dans le déséquilibre hormonal que vous êtes en train de subir.

Concernant le futur papa, il est logique qu’il ait des peurs. Etre père est un fait qui change la vie et il est très compréhensible que vous vous inquiétiez et que vous sentiez une certaine incertitude de ne pas savoir si vous serez à la hauteur de ces nouvelles circonstances. Il faut essayer de maintenir la confiance en soi-même et se préparer psychologiquement. De plus, il faut soutenir la femme puisque ses émotions se multiplient en relation avec celles du papa. Ensemble, il sera plus facile de trouver un équilibre.

Sentiments lors de la grossesse

Symptômes de la grossesse: apaiser les nausées

Les nausées pendant la première période de la grossesse sont assez fréquentes, pour cela il existe des recommandations naturelles pour les apaiser, sans avoir à recourir à des médicaments car durant la gestation, il est plus important que jamais de contrôler la prise de médicaments et l’éviter autant que possible.

Même si les nausées sont un des symptômes les plus connus et courants chez les femmes enceintes, il y en a d’autres types. Ces autres symptômes ont à voir avec les changements physiques et émotionnels dont souffre le corps de la femme.

Concernant ceux physiques, il est évident que votre corps augmente considérablement en poids, surtout lors des derniers mois. Cela fait que vous vous sentez gonflée, qu’on vous charge le dos, que vous perdez en mobilité et agilité. Vous cesserez de faire certains gestes, comme par exemple, le fait de vous baisser pour prendre quelque chose. Vous vous habituerez à toutes ces gênes. Vous devez vous relaxer et vous reposer souvent, sans faire de grands efforts.

Quant à l’instabilité émotionnelle, cela est due aux changements hormonaux dont vous souffrez. Tentez de vous contrôler émotionnellement, mais ne vous en faites pas si vous ne réussissez pas. Pensez que c’est quelque chose de courant chez toutes les femmes enceintes et pour cela, vous ne devez pas vous sentir coupable.

Sur 9 mois, vous avez le temps pour tout, ainsi que les symptômes varieront selon le mois où vous en êtes, selon votre régime, votre activité physique, le poids que vous pouvez prendre, etc. Beaucoup de facteurs influent lors de cette évolution, ainsi vous ne pourrez pas toujours avoir un contrôle absolu sur votre état. Malgré cela, nous vous conseillons de lire les articles cités précédemment et tenter de suivre les règles correspondantes pour mener à terme votre grossesse de la meilleure manière possible, la rendant aussi agréable que vous pouvez.

Vomissements durant la grossesse

Régime pendant la grossesse

Pendant la grossesse, il important de s’alimenter correctement ; un régime varié et équilibré fournira au bébé en train de se former tous les nutriments essentiels pour grandir. Il est spécialement conseillé le lait et la majorité des produits laitiers, comme le kéfir, de même que les légumes.

Il est également recommandé un régime riche en vitamines et calcium. Le calcium est important pour une bonne formation du squelette du bébé. Il y a aussi des études qui assurent que la consommation de poisson pendant le grossesse favorise l’intelligence ultérieure du nouveau-né.

Les aliments les moins souhaités dans cet état sont les fritures et tout ce qui est riche en graisse. Comme dans la plupart de cas, on recommande une alimentation saine.

Alimentation durant la grossesse

Relations de couple pendant la grossesse

Le désir sexuel varie tellement chez les hommes comme chez les femmes pendant la grossesse, mais en plus de ce facteur, il faut prendre en compte le moment de gestation dans lequel on se trouve et avant tout utiliser le sens commun.

Il existe de nombreux mythes sur le pourquoi on ne doit pas entretenir de rapports sexuels pendant la grossesse, et dans la majorité des cas tous sont faux. Ce qui est sûr est que les rapports sexuels ne nuisent en aucun cas au bébé ni à la mère, et à moins que votre médecin vous le spécifie, vous pouvez pratiquer le sexe sans aucun problème. Le bébé sera protégé par l’abdomen de la mère et le liquide amniotique lui sert d’amortisseur pour n’importe quel coup possible.

Les cas concrets dans lesquels on déconseille généralement les rapports par des spécialistes sont ceux dans lesquels la femme souffre d’une quelconque complication du type: antécédents ou risque de fausse-couche, antécédents ou risque d’accouchement prématuré, saignement, perte de liquide amniotique, placenta bas qui couvre le col de l’utérus, ou avec un col de l’utérus « incompétent ». Il n’est pas non plus recommandé d’avoir une pratique active de ce type de relations dans les cas où il existe un quelconque type d’infection sexuellement transmissible.

Le désir sexuel est causé par les changements hormonaux. Selon chaque cas, l’appétit sexuel peut varier. Il y a des femmes pour lesquelles la grossesse leur donne plus envie d’avoir des rapports sexuels avec son partenaire, tandis que pour d’autres, il se passe le contraire. Bien que le plus normal soit que tout au long du processus de gestation, ces envies varient, pouvant passer d’un extrême à l’autre très facilement. Cela est normal, et si vous vous identifiez, ne vous en faites pas, c’est sûr vous n’êtes pas la seule à qui cela arrive.

Pratiquer le sexe pendant la grossesse

Exercices physiques pendant la grossesse

Pendant la grossesse, il est recommandé de faire de l’exercice physique, mais en tenant compte du moment de la gestation dans lequel se trouve la femme. Il est logique que plus l’état de grossesse est avancé plus les exercices doivent être doux et contrôlés. Vous pouvez trouver ces informations détaillées dans l’article: « Grossesse et exercice physique » .

Il est recommandé que les exercices soient de l’aérobic et d’intensité modérée, évitant les compétitions ou les intensités très élevées ou qui impliquent des changements brusques. Le temps de l’exercice doit durer 15 minutes. A partir de ce délai, il se peut que la température corporelle augmente plus qu’elle ne devrait ou qu’il vous manque de l’oxygène.

Dans le cas de la natation, le cyclisme ou la marche à pied, vous pouvez prolonger entre 20 et 40 minutes, toujours avec une légère intensité ou modérée. Ces trois sports sont ceux les plus recommandés pendant la gestation. Il n’est pas conseillé les sports qui requièrent une grande amplitude de mouvement comme par exemple le service au tennis ou badminton.

La relaxation, la flexibilité et la force musculaire sont les qualités que vous devriez travailler, surtout dans les derniers mois de grossesse car elles seront d’une grande aide au moment de l’accouchement et faciliteront beaucoup la situation.

Le mieux est de chercher un entraineur personnel ou autre figure professionnelle qui sera capable de vous conseiller et effectuer un suivi individualisé de votre cas car il existe une infinité de conseils et avertissements qui en plus de varier, sont également fonction de votre cas particulier.

Exercice physique et grossesse

Cancer et fertilité

Le cancer, et plus précisément, les traitements pour cela, peuvent intervenir dans le cycle naturel de l’ovulation, en produisant temporairement, ou dans d’autres cas, de manière permanente, l’infertilité. Cette préoccupation pour les femmes qui ont souffert de cette maladie et qui veulent être mères a fait que des techniques ont été développées comme la congélation d’ovules ou d’une partie du tissu ovarien.

Il existe diverses techniques et procédures pour obtenir qu’une femme, malgré le cancer, puisse être mère dans le futur. L’extraction et la congélation des ovules est l’une d’elles, l’extraction et congélation d’une partie du tissu ovarien est une autre. La première s’effectue avant que la femme se soumette au traitement contre le cancer (chimio ou radiothérapie), pour ensuite subir une technique de procréation assistée, la fécondation in vitro. La seconde, il s’agit d’extraire ce tissu avant le traitement et le congeler pour le réimplanter ultérieurement.

Ces techniques sont pour prévenir, avant que les traitements du cancer, comme ceux de la chimiothérapie ou la radiothérapie, finissent par interférer dans le cycle ovarien en produisant l’infertilité, que cela soit temporairement ou définitivement. Bien entendu, ce processus doit être vu avec votre médecin avant de commencer.

Les études de ce type de techniques ont été effectuées dues à l’augmentation alarmante des cas de cancer chez les femmes très jeunes qui ne pouvaient pas avoir de maternité, ou bien chez les femmes d’un âge plus avancé qui pour diverses raisons ont retardé la maternité.

Fumer pendant la grossesse

Irritabilité, tremblements et altérations du sommeil. Ce sont les symptômes les plus courants chez les bébés qui, pendant leur étape de gestation, ont été exposés à la nicotine, à cause de l’addiction de leur mère au tabac. Cela peut provoquer des déficits comportementaux, un QI inférieur et un trouble déficitaire de l’attention et de l’hyperactivité.

Ces données sont les conclusions extraites d’une étude qui a été effectuée avec 33 bébés nouveau-nés de mères fumeuses, de la main du Dr. Óscar García-Algar, du service de Pédiatrie de l’Hôpital del Mar de Barcelone. En naissant, le bébé rompt les liens avec le cordon ombilical de sa mère, et cesse d’être exposé à la nicotine qu’elle consomme. Le syndrome d’abstinence commence à se manifester entre 24 et 48 heures après l’accouchement. Bien que les effets peuvent être les mêmes dans les cas où le bébé reçoit la nicotine à travers l’allaitement.

Selon le Dr. Juan Antonio Riesco, coordinateur de l’Aire de Tabagisme de SEPAR (Société Espagnole de Pneumologie et Chirurgie Thoracique), 80% des cas de mort subite du nourrisson sont à cause du tabagisme passif.

De plus, l’habitude de fumer de la femme enceinte est associée également aux accouchements prématurés, à la mauvaise insertion du placenta, à la grossesse ectopique (extra-utérine), au décollement placentaire, à l’hémorragie vaginale ou à la fausse couche.

Le tabac et la grossesse

Saignement pendant la grossesse

Les causes sont multiples pour un saignement pendant la grossesse, et bien que le sang a pour habitude d’être alarmant, il n’y a pas toujours de raison de se préoccuper car il suffit d’être informée des possibilités de saignement qu’il existe. Il y a des études qui assurent qu’une femme sur cinq a des saignements lors du premier trimestre sans que cela soit un problème ni pour la mère ni pour le fœtus.

Lors des douze premières semaines, le risque de fausse couche est plus élevé, mais cela ne signifie pas qu’une perte de sang lui corresponde. Ces petits saignements au début du processus de gestation peuvent avoir diverses causes comme par exemple un changement hormonal, une infection, ou les rapports sexuels. Mais en aucun cas il n’est une preuve ou symptôme d’une fausse-couche.

Dans le cas où le saignement soit en grande quantité ou fréquent, cela peut être inquiétant, et il faut sonner l’alarme et consulter un spécialiste dans ces situations. Dans n’importe quel cas, que cela soit une petite tâche ou un grand saignement, toujours consulter votre médecin, car ce sont les experts qui pourront vous informer de la cause exacte qui vous a fait saigner et des problèmes que vous pouvez avoir ou pas.

Comme nous le disions, le saignement est très courant pendant environ la première moitié de la grossesse, et seulement 3% des femmes qui ont des pertes finissent par avoir une fausse-couche. C’est pour cela que vous ne devez pas vous alarmer si vous vous trouvez dans cette situation. C’est un pourcentage très bas, et chaque jour, la communauté scientifique travaille pour le réduire au maximum.

Toxoplasmose pendant la grossesse

Elle est provoquée par un parasite appelé Toxoplasma gondii. Bien que la toxoplasmose soit l’une des infections de l’être humain les plus fréquentes dans le monde, dans la plupart des cas, elle passe inaperçue. Les symptômes de cette infection sont similaires à celle de la grippe et se manifestent une fois dans notre vie. Malgré cela, le parasite reste dans notre corps même s’il demeure inactif. Le problème viendra, si on arrive à un moment où notre système immunitaire ne fonctionne pas correctement et l’infection se réactivera.

Quand une femme a développé une immunité à l’infection entre 6 et 9 mois avant de tomber enceinte, il est très rare qu’il y ait un danger que cela se transmette au bébé. Par contre, quand une femme enceinte contracte la maladie pour la première fois, il existe 40% de chance qu’elle transmette l’infection au fœtus.

De toute manière, la gravité de la maladie dépendra de la situation de l’historique médical de la mère, si elle a souffert auparavant de cette infection, ou non, et de l’évolution du bébé, c’est-à-dire, de l’état d’avancement de la grossesse. Dans tous les cas, pendant la gestation, diverses analyses de sang sont faites pour avoir sous contrôle la situation et détecter la toxoplasmose.

Chez les bébés affectés, elle se manifeste quelques mois ou années plus tard après leur naissance. Entre 80% et 90% développent des infections oculaires significatives, bien qu’il soit possible de montrer d’autres types de dysfonctions.

La maladie est une zoonose, ce qui signifie qu’elle se transmet habituellement des animaux aux êtres humains à travers diverses voies de contagion, surtout via les félins et très couramment par les chats, qui sont en plus considérés comme des animaux domestiques.

Chez les femmes enceintes, les mesures pour prévenir cette maladie sont d’une grande importance et consistent en règles générales d’hygiène pour éviter la transmission par les aliments et l’eau contaminée. Elles doivent se laver les mains chaque fois qu’elles touchent les aliments et éviter de se toucher les yeux, la bouche et le nez avec les mains sales. Laver toujours les fruits et légumes et ne pas consommer de viande crue ou peu cuite. Eviter le contact avec les chats et avec la terre où il peut y avoir des restes de selles de ceux-ci ou d’autres animaux infectés.

Toxoplasmose pendant la grossesse

Risques du travail pendant la grossesse

Malheureusement, le pourcentage de femmes enceintes qui souffrent de stress reste élevé. Elles se voient obligées de lever des charges lourdes ou sont beaucoup de temps debout à leur poste de travail alors qu’elles sont enceintes. Nous parlons d’environ 60% de femmes enceintes et allaitantes.

Il y a des conditions pour lesquelles personne ne devrait être exposée, mais, en plus, il y a un plus grand risque dans le cas de femmes enceintes. Par exemple, personne ne devrait porter un poids supérieur à celui conseillé par les professionnels de la santé, mais dans le cas de femmes enceintes, ce poids est toujours inférieur à celui de toute personne sans problème de santé. Cela signifie qu’il faut porter attention aux conditions de travail des futures mamans.

IL existe deux lois en Espagne qui se chargent de réguler ce type de situation. Bien que l’Espagne n’applique pas exactement les normes, il n’existe aucune référence sur les risques dont sont exposés les femmes enceintes dans leur travail.

Risques du travail pendant la grossesse