FIV en cycle naturel modifié: avantages de la stimulation douce

Par (embryologiste), (embryologiste), (gynécologue), (gynécologue) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 09/12/2020

La stimulation ovarienne douce, également connue sous le nom de mini FIV, FIV douce et FIV en cycle naturel modifié, est un protocole utilisé dans les traitements de fécondation in vitro (FIV). Fondamentalement, la mini-FIV consiste à utiliser des doses plus faibles de médicaments hormonaux. Ce protocole parvient à réduire les effets néfastes de la stimulation ovarienne et à améliorer la qualité des ovules obtenus.

Il s'agit d'une alternative à la FIV standard qui est indiquée pour différents types de patients, y compris les femmes de plus de 40 ans. En outre, la mini FIV peut être le traitement de fertilité recommandé pour les couples présentant un facteur masculin léger.

Un autre des avantages de la mini-fécondation in vitro est qu'elle permet de réduire le prix des techniques de reproduction assistée sans pour autant aggraver les résultats pour l'obtention d'une grossesse. Tout cela signifie que de nombreuses cliniques ont opté pour ce type de stimulation ovarienne douce au cours des dernières années.

Qu'est-ce qu'une mini-FIV ?

La stimulation ovarienne consiste à contrôler le fonctionnement des ovaires par l'administration d'hormones. Son but est d'obtenir une plus grande quantité d'ovules dans les traitements de reproduction assistée qu'à l'état naturel.

En général, la stimulation hormonale des ovaires est basée sur l'utilisation de deux types de médicaments :

Traditionnellement, on pensait que plus le nombre d'ovules obtenus par cette stimulation était élevé, plus le traitement de fertilité avait de chances de réussir. Aujourd'hui, on sait que ce n'est pas le cas grâce à plusieurs études.

Le traitement par mini FIV est une option de reproduction similaire à la FIV classique, avec une seule différence dans la phase de stimulation ovarienne. Leur objectif est d'obtenir moins d'œufs, mais de meilleure qualité.

Quels sont les effets de la stimulation hormonale ?

Plusieurs études ont montré qu'avec des doses élevées de médicaments, il y a plus d'embryons chromosomiquement anormaux. Par conséquent, obtenir un plus grand nombre d'œufs n'est pas toujours synonyme de réussite du traitement.

Il faut également tenir compte du fait que la phase de stimulation hormonale est l'une des plus risquées pour les patients. La raison en est que si la stimulation ovarienne n'est pas effectuée correctement, elle peut déclencher un syndrome d'hyperstimulation ovarienne.

De plus, si la stimulation ovarienne est très forte, la qualité de l'endomètre est également détériorée, ce qui diminue les chances d'implanter un embryon dans un nouveau cycle. Cela se produit parce que la réceptivité de l'endomètre est altérée.

Pour toutes ces raisons, la tendance actuelle est de réduire autant que possible les doses hormonales dans les traitements de stimulation ovarienne pour éviter tout effet nocif éventuel.

Les protocoles de stimulation douce consistent à administrer des doses plus faibles d'hormones et/ou pendant moins de jours pour éviter les effets secondaires des médicaments, mais sans réduire les chances de succès du traitement.

Grâce à ces protocoles, un nombre plus restreint d'ovules est obtenu. Toutefois, grâce à la meilleure qualité de ces derniers et à l'optimisation des techniques de reproduction assistée, les résultats ne doivent pas être modifiés.

Pour quels patients ce protocole est-il recommandé ?

Malgré les avantages de ce traitement, la mini FIV n'est pas indiquée pour tous les patients. Les femmes qui ont une bonne réserve ovarienne et un très bon pronostic sont candidates à une FIV douce, car cela réduit les éventuels effets indésirables que peut provoquer l'hyperstimulation.

Voici quelques-unes des patientes qui sont susceptibles de subir une légère stimulation ovarienne :

  • Les femmes ayant déjà souffert d'un syndrome d'hyperstimulation ovarienne ou présentant un risque élevé d'en souffrir.
  • Femmes de moins de 35 ans ayant de brefs antécédents de stérilité.
  • Les patientes présentant des problèmes fonctionnels au niveau des trompes de Fallope, mais pas des ovaires.
  • Couples présentant des problèmes de facteurs masculins légers à modérés.
  • Femmes seules ou couples de femmes sans problème gynécologique associé.
  • Les patients qui, pour des raisons morales ou religieuses, ne veulent pas des embryons restants.

En outre, la stimulation ovarienne douce est également utilisée chez les patientes dont la réserve ovarienne est faible ou la qualité des ovules médiocre, car elle améliore la qualité des ovules obtenus en effectuant une stimulation plus physiologique

La procréation médicalement assistée, comme tout traitement médical, exige que vous fassiez confiance au professionnalisme des médecins et de la clinique que vous avez choisis. Évidemment, tous ne sont pas identiques. Le Rapport sur la fertilité va sélectionner pour vous les cliniques les plus proches de vous et répondant à nos critères de qualité rigoureux. De plus, le système effectuera une comparaison des prix et des conditions proposées par les différentes cliniques afin de faciliter votre prise de décision.

Il convient de noter que l'application de ce protocole de stimulation douce chez les patientes où elle n'est pas indiquée peut sérieusement compromettre les chances de réussite du traitement de la fertilité.

Procédure

Les étapes à suivre pour réaliser un cycle avec une légère stimulation ovarienne sont très similaires à celles d'une stimulation classique. La seule différence est que le début de la stimulation est retardé, généralement jusqu'au cinquième jour du cycle, et commence par des doses modérées de gonadotrophines (150 UI de FSH).

Ces protocoles sont rendus possibles par l'émergence des antagonistes de la GnRH, car s'ils étaient réalisés avec des agonistes de la GnRH, il faudrait plus de jours de traitement. L'administration des antagonistes peut commencer le 6e jour du cycle ou lorsqu'il y a un follicule de plus de 14 mm.

Pendant cette période, le patient assiste à divers contrôles échographiques pour évaluer la taille des follicules. Lorsqu'il atteint une taille de 16 à 18 mm, l'ovulation est induite et la ponction ovarienne est effectuée pour obtenir les ovules. Ces protocoles devraient permettre d'obtenir un maximum de 8 ovules.

Les étapes suivantes seront identiques à tout autre cycle de FIV. Ces ovules matures seront fécondés en laboratoire et le ou les embryons de meilleure qualité seront transférés.

Avantages de la mini-fécondation in vitro

En utilisant de faibles doses de gonadotrophines, la durée et le coût du médicament sont réduits, ainsi que les effets secondaires produits par de fortes doses d'hormones.

En outre, comme des embryons de meilleure qualité sont obtenus, il est possible d'effectuer davantage de transferts d'un seul embryon avec une forte probabilité de succès. Cela conduit à une réduction du taux de gestations multiples, qui entraînent des complications pour la mère et le fœtus.

La réceptivité de l'endomètre présente également des avantages. La mini FIV est un processus plus physiologique, de sorte que la réceptivité de l'endomètre n'est pas aussi altérée que dans les cycles de stimulation ovarienne classiques.

La réduction de la durée de la stimulation et de ses effets améliore également le stress émotionnel. Cela rend la stimulation ovarienne douce moins exigeante psychologiquement et diminue donc le taux d'abandon du traitement.

Inconvénients de la mini-fécondation in vitro

Bien que les avis sur cette technique soient généralement positifs, tant chez les patients que chez les spécialistes, la FIV douce présente également un certain nombre d'inconvénients.

Les principaux points négatifs de ce protocole sont la conséquence de l'obtention de moins d'ovules et, par conséquent, de moins d'embryons que dans les traitements conventionnels. Pour cette raison, cela peut arriver :

  • Probabilité plus élevée de ne pas avoir d'embryons de bonne qualité pour le transfert.
  • Moins de probabilité d'avoir des embryons résiduels de bonne qualité à vitrifier et de pouvoir les utiliser lors de futurs transferts.
  • Possibilité d'avoir besoin de plus de cycles de stimulation ovarienne pour obtenir une grossesse.

De plus, il existe un risque accru que les ovaires ne répondent pas aussi bien que prévu et que le cycle doive être annulé ou que des ovules ne soient pas trouvés lors de la ponction folliculaire en raison de la légère stimulation ovarienne.

Vos questions fréquentes

Si j’ai plus de 37 ans, puis-je faire une miniFIV?

Par Dr. Sergio Rogel Cayetano (gynécologue).

Bien sûr. D’ailleurs, c’est une des indications de la Fécondation In Vitro avec une stimulation minimale, qui cherche à améliorer la qualité ovarienne.

Cependant, chaque cas clinique doit être étudié selon ses caractéristiques propres avec un médecin spécialiste qui vous conseillera le traitement qui vous offre le plus de chances de réussite.

La mini-FIV a-t-elle un taux de réussite élevé ?

Par Dra. Rut Gómez de Segura (gynécologue).

Il s'agit d'une FIV en cycle naturel ou d'une stimulation ovarienne minimale afin d'obtenir quelques ovocytes qui seront fécondés en laboratoire par FIV ou ICSI.

Logiquement, comme on peut obtenir moins d'ovocytes et que chaque ovocyte a la possibilité d'être fécondé et de donner naissance à un embryon viable (tous les ovocytes ne sont pas fécondés et tous les embryons n'évoluent pas), les chances de grossesse sont plus faibles que dans une FIV avec un bon nombre d'ovocytes (entre 5 et 12 ovocytes serait un nombre idéal).

Toutefois, dans certains cas spécifiques, votre médecin peut recommander ce type de traitement, notamment lorsque la stimulation ovarienne ne donne pas de bons résultats, même à fortes doses.

Le taux de gestation dépendra en grande partie de l'âge de la patiente. Plus la patiente est jeune, meilleures sont les chances de grossesse.

Combien d'ovules sont obtenus par une stimulation douce ?

Par Rebeca Reus (embryologiste).

Grâce à cette stimulation, on peut récupérer entre 2 et 5 ovocytes, et un maximum de 8. Cependant, il faut savoir que le nombre d'ovocytes obtenu lors de chaque cycle ne dépend pas forcément du protocole utilisé, car chaque femme répond d'une manière différente au traitement. On ne peut donc pas connaître le nombre exact.

Quel est le prix d'une FIV en cycle naturel modifié ?

Par Rebeca Reus (embryologiste).

En France, les tentatives de PMA sont prises en charge à 100 % par la sécurité sociale dans les limites suivantes:

  • la femme doit être âgée de moins de 43 ans.
  • le nombre maximum d’inséminations remboursées est de 6.
  • les tentatives de FIV sont remboursées au maximum de 4 (tout transfert d’embryons congelés n’est pas considéré comme une nouvelle tentative).

Quel est le taux de réussite des mini FIV ?

Par Marta Barranquero Gómez (embryologiste).

Il n'existe pas de statistiques précises sur la probabilité de grossesse lorsque l'on utilise une stimulation ovarienne légère. Cependant, la plupart des études indiquent que la probabilité de succès de la mini-fécondation in vitro est similaire à celle de la stimulation ovarienne classique.

L'essentiel est d'étudier en détail le profil hormonal et la situation personnelle de chaque patiente pour obtenir le plus grand succès, quelle que soit la technique de stimulation ovarienne utilisée.

Lectures recommandées

La principale différence entre la FIV et la mini FIV réside dans le processus de stimulation ovarienne. Si vous souhaitez en savoir plus sur cette étape du traitement de la fertilité, vous pouvez consulter l'article suivant : Qu'est-ce que la stimulation ovarienne - Processus, médicaments et symptômes.

En outre, si la grossesse n'est pas obtenue après plusieurs cycles de FIV en raison d'une faible réserve ovarienne, une autre solution serait de passer à don d'ovules. Nous vous recommandons d'accéder à ce lien pour des informations plus approfondies : Qu'est-ce que la FIV avec don d'ovocytes et quel est le prix du traitement ?

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Auteurs et collaborateurs

 Marta Barranquero Gómez
Marta Barranquero Gómez
Embryologiste
Diplômé en biochimie et sciences biomédicales de l'Université de Valence (UV) et spécialisé en Procréation Médicalement Assistée par l'Université d'Alcalá de Henares (UAH) en collaboration avec Ginefiv et en génétique clinique de l'Université d'Alcalá de Henares (UAH). En savoir plus sur Marta Barranquero Gómez
Affiliation à l’Ordre: 3316-CV
 Rebeca Reus
Rebeca Reus
Embryologiste
Diplômée en Biologie humaine (Biomédecine) de l'Universitat Pompeu Fabra (UPF), Master en Laboratoire d'Analyses Cliniques de l'UPF et Master sur la Base Théorique et Procédures de Laboratoire en Procréation Assistée de l'Universidad de Valencia (UV). En savoir plus sur Rebeca Reus
Dra. Rut Gómez de Segura
Dra. Rut Gómez de Segura
Gynécologue
Le Dr Rut Gómez de Segura est diplômé en médecine et en chirurgie de l'université d'Alcalá de Henares. Elle a développé la spécialité d'obstétrique et de gynécologie à l'hôpital Costa del Sol de Marbella. Actuellement, elle est directrice médicale de la clinique de reproduction assistée FIV Espagne Madrid. En savoir plus sur Dra. Rut Gómez de Segura
Numéro de membre : 28/2908776
Dr. Sergio Rogel Cayetano
Dr. Sergio Rogel Cayetano
Gynécologue
Diplômé en médecine de l'Université Miguel Hernández d'Alicante spécialisé en gynécologie et obstétrique à l'Hôpital Général d'Alicante. Il a élargi son expérience dans le domaine de la procréation assistée en travaillant dans différentes cliniques à Alicante et Murcie, jusqu'à ce qu'en 2011, il rejoigne l'équipe médicale d'IVF Spain. En savoir plus sur Dr. Sergio Rogel Cayetano
Affiliation au conseil de l'Ordre: 03-0309100
Adapté au français par:
 Romina Packan
Romina Packan
inviTRA Staff
Directrice éditoriale de la revue inviTRA en anglais et allemand. En savoir plus sur Romina Packan

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.