Faire un don d’ovocytes: possibles risques pour la donneuse

Par (embryologiste), (gynécologue), (embryologiste) et (invitra staff).
Dernière actualisation: 02/12/2020

Lorsqu'une femme décide de faire don de ses ovules pour qu'une autre femme ayant des problèmes de fertilité puisse obtenir une grossesse, elle passe par deux étapes qui peuvent comporter un certain risque :

Stimulation ovarienne
la donneuse reçoit un médicament hormonal pour activer de manière exogène la production et la maturation des ovules dans l'ovaire.
Ponction folliculaire
consiste en une procédure simple d'extraction des ovules, qui constitue la fin de l'ensemble du processus de don.

Les deux procédures sont sûres, bien qu'elles aient certains effets qui pourraient entraîner des conséquences néfastes pour le donneur. Par conséquent, le processus de don d'ovules peut causer un malaise à la donneuse.

Légers risques liés au don d'ovules

Normalement, les symptômes ressentis par la donneuse suite à l'administration du médicament hormonal sont minimes et similaires à ceux ressentis pendant les menstruations ou légèrement plus intenses.

Ce médicament de stimulation ovarienne est auto-administré par la donneuse elle-même via des injections sous-cutanées dans l'abdomen. Les effets secondaires les plus courants sont les suivants :

  • Changements d'humeur ou de caractère.
  • Léger gonflement et/ou gêne dans la zone abdominale à la suite des ponctions.
  • Augmentation du volume corporel.
  • Jambes un peu lourdes.
  • Sécheresse vaginale.
  • Fatigue.

En revanche, la ponction folliculaire est une courte intervention chirurgicale réalisée sous sédation. Il n'y a pas de risques particuliers autres que ceux liés à l'anesthésie reçue. Elle est effectuée pour obtenir les ovules dans le donneuse.

Syndrome d'hyperstimulation ovarienne

L'un des dangers du don d'ovules est de souffrir du syndrome d'hyperstimulation ovarienne (OHSS) à la suite d'une médication hormonale. C'est l'effet secondaire le plus grave en raison de la gêne qu'il provoque dans l'organisme.

La OHSS se produit lorsque le médicament hormonal ne fonctionne pas comme prévu ou lorsque le corps de la donneuse réagit plus intensément qu'il ne le devrait, ce qui entraîne le développement de beaucoup plus de follicules dans l'ovaire que prévu.

L'injection de l'hormone hCG pour déclencher l'ovulation avant la ponction folliculaire est ce qui produit le syndrome d'hyperstimulation ovarienne. Pour cette raison, il est nécessaire d'annuler le cycle de don d'ovule s'il y a un soupçon ou un risque de souffrir de celui-ci.

La réponse accrue de l'ovaire entraîne une perméabilité accrue des vaisseaux sanguins, ce qui entraîne l'extravasation de liquides hors du système sanguin, ce qui peut compromettre le fonctionnement du foie et des systèmes hématologique, rénal et respiratoire. Par conséquent, l'OHS peut devenir potentiellement grave dans les cas les plus graves.

Les symptômes les plus modérés que la donneuse d'ovules peut ressentir lorsqu'elle souffre de OHSS sont :

  • De graves maux de tête.
  • Augmentation du volume corporel.
  • Ascite : accumulation de liquide dans la cavité abdominale.
  • Vertiges.
  • Vomissements.
  • Faiblesse.
  • Douleurs abdominales et lombaires aiguës.

Ce malaise chez les femmes causé par la OHSS disparaît dès que leurs règles sont faibles. Les ovaires retrouvent leur taille normale et le liquide libre est réabsorbé, ce qui réduit le gonflement.

Il convient de noter que la OHSS se produit occasionnellement lors du don d'ovules, car les contrôles médicamenteux et les échographies visant à déterminer la réponse ovarienne chez les donneuses sont très rigoureux. En outre, il est possible de prévenir la OHSS en remplaçant l'utilisation de la hCG pour déclencher l'ovulation par la GnRH ou des analogues de la LH recombinante.

En bref, les cas de OHSS sont très rares et peuvent être évités en cas de suspicion. Seuls 4% des patients qui viennent se faire soigner dans les centres de procréation assistée en souffrent généralement.

Risques liés au prélèvement d'ovules

Afin de capturer les ovules qui ont mûri dans les ovaires de la donneuse, il est nécessaire d'effectuer une ponction folliculaire. Il s'agit d'une opération chirurgicale très simple pour le gynécologue.

Une aiguille d'aspiration est insérée dans le vagin et dans l'ovaire. L'intérieur des follicules ovariens est ensuite aspiré à l'aide d'un appareil à ultrasons. La patiente est mise sous sédatif tout au long du processus afin qu'elle ne ressente aucune douleur.

Les complications possibles qui peuvent découler de cette intervention sont très peu nombreuses et, en général, de risque minimal. Dans les jours qui suivent la ponction, la donneuse peut présenter de légères taches vaginales. Un autre inconvénient du passage en salle d'opération dans ce cas est le risque d'infection bactérienne ou fongique dans l'appareil reproducteur féminin.

Recommandations aux donateurs

Au début du processus de don d'ovules, il est normal d'avoir beaucoup de doutes et de pensées contraires. Il est très important qu'un spécialiste discute des avantages et des inconvénients possibles du don et résolve toutes les préoccupations du futur donneur.

Une fois que la stimulation hormonale commence, il est essentiel que la donneuse informe le personnel médical des symptômes qu'elle ressent au fur et à mesure que le traitement progresse.

Le processus de don doit être engagé avec une conviction et une décision absolues de la part du donneur.

L'information peut prévenir des conséquences graves telles que le développement de la OHSS. C'est pourquoi les professionnels insistent pour que les donneurs se présentent à la clinique en cas de symptômes graves ou de gêne intense.

En cas de suspicion de OHSS ou de toute autre altération, le cycle sera simplement annulé et pourra être repris ultérieurement.

Vos questions fréquentes

Le don d'ovules peut-il compromettre la fertilité d'une donneuse ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

La réponse est non. Pour comprendre cela, il faut introduire un autre concept, celui du cycle ovarien incessant. Ce cycle accompagne la femme tout au long de sa vie, avant même qu'elle n'ait ses règles. Environ trois mois avant le cycle de 14 jours que nous connaissons tous, lorsque le cycle menstruel commence, la femme active quelques-uns des milliers de follicules microscopiques qui sont en dormance dans son ovaire (follicules primordiaux). Ces follicules activés deviennent les follicules dits antiques, qui seront les protagonistes d'une lutte acharnée pour l'ovulation.

Grâce à la stimulation ovarienne, tous les follicules antaux, ou presque tous, sont stimulés afin qu'ils puissent atteindre leur maturité et être extraits par ponction. Tous ces ovocytes, sauf un, auraient été attirés dans un cycle naturel.

Par conséquent, la FIV et l'ovodonation n'avancent pas la ménopause, de la même manière que la prise de contraceptifs ne la fait pas apparaître plus tard.

Y a-t-il un risque de stérilité après un don d'ovules ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

De possibles effets néfastes du don d'ovocytes sur la stérilité n'ont pas été démontrés. Les femmes qui donnent leurs ovules pourront tomber enceintes et avoir des enfants normalement.

En cas de problèmes de fertilité postérieurs, ils ne devraient pas être liés au don.

Faire un don d'ovocytes augmente le risque de cancer ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

Des études ont montré que le risque d'avoir un cancer du sein, des ovaires, de l'endomètre ou du col de l'utérus n'augmente pas significativement après un traitement de stimulation ovarienne, même lorsqu'il s'agit de tumeurs hormonodépendantes, dont la croissance est stimulée par les hormones.

Cependant, si la femme souffre déjà d'un cancer, la stimulation hormonale qu'elle reçoit dans le cadre du don d'ovocytes peut accélérer le développement des tumeurs hormonodépendantes.

Quels sont les risques de grossesse lorsque l'on fait un don d'ovocytes ?

Par Zaira Salvador (embryologiste).

La stimulation ovarienne de la donneuse, c'est-à-dire une femme jeune et en bonne santé, sans problèmes de fertilité, augmente ses possibilités de tomber enceinte, ce qui est rarement son but. La donneuse devra donc s'abstenir d'avoir des rapports sexuels ou utiliser une contraception qui n'interfère pas avec le traitement hormonal.

La pilule contraceptive ainsi que tout traitement contraceptif à base d'hormones est donc à proscrire. En revanche, le préservatif ou le stérilet sont compatibles avec le don d'ovocytes.

La rédaction vous recommande

Si le syndrome d'hyperstimulation ovarienne vous préoccupe, vous trouverez des informations sur la manière de l'éviter dans notre article : Qu'est-ce que le syndrome d'hyperstimulation ovarienne et comment le soigner ?

Notre équipe réalise un effort éditorial important, en partageant cet article, vous nous aidez et nous motivez à continuer notre travail.

Bibliographie

Ballesteros A, Castilla JA, Nadal J, Ruiz M. Manifiesto de la SEF sobre la donación de gametos en España. Publicado a través de la Sociedad Española de Fertilidad (SEF).

Matorras R, Hernández J (eds). Estudio y tratamiento de la pareja estéril: Recomendaciones de la Sociedad Española de Fertilidad, con la colaboración de la Asociación Española para el Estudio de la Biología de la Reproducción, de la Asociación Española de Andrología y de la Sociedad Española de Contracepción. Adalia, Madrid 2007.

Uroz V, Guerra L. Donation of eggs in assisted reproduction and informed consent. Med Law. 2009 Sep;28(3):565-75.

Vos questions fréquentes: 'Le don d'ovules peut-il compromettre la fertilité d'une donneuse ?', 'Y a-t-il un risque de stérilité après un don d'ovules ?', 'Faire un don d'ovocytes augmente le risque de cancer ?' et 'Quels sont les risques de grossesse lorsque l'on fait un don d'ovocytes ?'.

Voir plus

Auteurs et collaborateurs

 Marta Barranquero Gómez
Marta Barranquero Gómez
Embryologiste
Diplômé en biochimie et sciences biomédicales de l'Université de Valence (UV) et spécialisé en Procréation Médicalement Assistée par l'Université d'Alcalá de Henares (UAH) en collaboration avec Ginefiv et en génétique clinique de l'Université d'Alcalá de Henares (UAH). En savoir plus sur Marta Barranquero Gómez
Affiliation à l’Ordre: 3316-CV
Dr. Sergio Rogel Cayetano
Dr. Sergio Rogel Cayetano
Gynécologue
Diplômé en médecine de l'Université Miguel Hernández d'Alicante spécialisé en gynécologie et obstétrique à l'Hôpital Général d'Alicante. Il a élargi son expérience dans le domaine de la procréation assistée en travaillant dans différentes cliniques à Alicante et Murcie, jusqu'à ce qu'en 2011, il rejoigne l'équipe médicale d'IVF Spain. En savoir plus sur Dr. Sergio Rogel Cayetano
Affiliation au conseil de l'Ordre: 03-0309100
 Zaira Salvador
Zaira Salvador
Embryologiste
Diplômée en Biotechnologie par l'Université Politécnica de Valencia (UPV), Biotechnology degree en la National University of Ireland en Galway (NUIG) et embryologiste spécialisée en Médecine Reproductive avec un Master en Biotechnologie de la Reproduction Humaine par l'Université de Valencia en collaboration avec l'Instituto Valenciano de Infertilidad (IVI) En savoir plus sur Zaira Salvador
Affiliation au Conseil de l'Ordre: 3185-CV
Adapté au français par:
 Romina Packan
Romina Packan
inviTRA Staff
Directrice éditoriale de la revue inviTRA en anglais et allemand. En savoir plus sur Romina Packan

Toutes les nouveautés sur la procréation médicalement assistée sur nos réseaux.