Faire un don d’ovocytes: possibles risques pour la donneuse

Faire un don d’ovocytes est un geste solidaire, mais il ne faut pas se cacher que cette générosité peut entraîner une série d’effets gênants. Des complications surgissent parfois. La donneuse doit évaluer les possibles risques auxquels elle s’expose avant de faire don de ses ovules. Elle doit aussi veiller à éviter le risque de grossesse pendant la stimulation hormonale.

Vous trouverez ci-dessous un index avec tous les points que nous allons traiter dans cet article.

Risques potentiels d’un don d’ovocytes

Les donneuses doivent passer par deux phases :

La stimulation ovarienne
elle sert à induire la maturation de plusieurs ovules en même temps
La ponction folliculaire
l’intervention médicale par laquelle les ovocytes matures sont prélevés

Les effets indésirables provoqués par le processus de don d’ovocytes sont normalement légers et peu fréquents. Cependant, dans de rares cas, ils peuvent devenir plus inquiétants.

Une donneuse ne peut pas ignorer ce type de symptômes. En effet, la priorité est surtout sa santé.

Elle ne doit pas se mettre en danger volontairement puisque les motifs solidaires qui l’ont amenée à faire don de ses ovules peuvent attendre. Si la procédure doit être annulée, elle ne doit sentir aucun regret.

Cet article ne doit pas faire peur, au contraire, les risques sont minimes et sont pris en compte par le suivi médical, mais il est nécessaire de disposer de toute l’information possible pour qu’une femme soit en mesure de décider si, oui on non, elle souhaite devenir donneuse.

Effets du traitement hormonal

La donneuse d’ovocytes doit s’administrer elle-même le traitement par le biais d’injection sous-cutanées. Ces injections contiennent des hormones qui, à l’instar de tout médicament, sont susceptibles de provoquer des effets secondaires.

Parmi les effets secondaires les plus courants, on recense :

  • Hématomes dans la zone de l’injection
  • Ballonnement abdominal
  • Prise de poids temporaire
  • Sensation de lourdeur dans les jambes
  • Changements d’humeur
  • Sensation de pression au niveau des ovaires
  • Sécheresse vaginale

Ces effets secondaires sont similaires à ceux ressentis pendant la menstruation et se limitent en général à des petits désagréments.

Des allergies au traitement peuvent aussi survenir, mais elles restent rares.

Les ovaires des donneuses réagissent en général très bien au traitement étant donné leur plus grande concentration de récepteurs hormonaux et le plus grand nombre de follicules. La dose de traitement devra être soigneusement contrôlée afin d’éviter le syndrome d’hyperstimulation ovarienne.

Syndrome d’hyperstimulation ovarienne (SHSO)

C’est le plus important des risques qui peuvent affecter les donneuses. Il surgit dans moins de 4% des cas, car la stimulation hormonale prescrite aux donneuses est réduite par rapport à celle qui est prescrite aux patientes souffrant de problèmes de fertilité.

Ce syndrome se produit lorsqu’il y a un excès de stimulation des ovaires de la femme. Ils se gonflent alors et il y a un risque de fuite de liquide vers la zone de l’abdomen et de la poitrine. Ceci peut avoir des conséquences légères, modérées ou graves, selon la symptomatologie.

Parmi les effets modérés de ce syndrome se trouvent :

  • Maux de tête intenses
  • Gonflements
  • Vomissements
  • Douleur abdominale
  • Fortes crampes
  • Diarrhées

Dans les cas les plus graves, des dommages peuvent survenir au niveau des ovaires de la donneuse, qui peut aussi avoir des difficultés à respirer.

Si la donneuse présente des symptômes qui indiquent au médecin une possible hyperstimulation, celui-ci peut réduire la dose de médicaments ou suspendre le don d’ovocytes pour lui éviter des complications médicales.

Pour en savoir plus sur le SHSO, vous pouvez consulter notre article : Syndrome d’hyperstimulation ovarienne.

Risques de la ponction folliculaire

La ponction folliculaire est un prélèvement échoguidé des ovules à travers une seringue d’aspiration. Pour la réaliser, on administre une anesthésie locale ou générale à la donneuse pour qu’elle ne ressente aucune douleur.

Il s’agit d’une technique très peu invasive. Elle est efficace et présente de faibles risques de complications. Cependant, comme toute intervention chirurgicale, tout risque n’est pas à exclure.

La complication la plus fréquente après une ponction ovarienne est l’hémorragie, qui dans la plupart des cas est légère et se réduit à un saignement vaginal.

En second lieu, comme pour toute procédure chirurgicale, la ponction comporte également un risque d’infection.

Très rare, la torsion ovarienne peut se produire lorsque la femme présente des ovaires très mobiles.

Si vous désirez en savoir plus au sujet du prélèvement des ovocytes, lisez notre article : La ponction ovarienne.

Possibles effets à long terme

Il n’a pas été observé que le don d’ovocytes affecte la fertilité, étant donné qu’une femme naît avec une réserve de 400 000 ovocytes environ et qu’elle n’en utilise que 500 au cours de sa vie fertile, qui sont libérés à chaque ovulation.

Différentes études montrent qu’il n’y a pas un plus grand risque de développer un cancer du sein, de l’ovaire, de l’endomètre ni du col utérin après une stimulation ovarienne. Il en va de même pour les tumeurs hormonodépendantes.

Il faut se souvenir que le don d’ovocytes est un traitement relativement récent, raison pour laquelle ses effets à long terme ne pas sont encore identifiés avec précision.

Il n’y a pas d’études qui analysent les effets secondaires chez les femmes qui ont donné des ovocytes par le passé. Par conséquent, une grande partie des effets à long terme qui sont habituellement liés au don d’ovocytes coïncident avec ceux qu’on a pu détecter chez les femmes qui ont réalisé un cycle de FIV.

Certains auteurs associent le traitement hormonal à un risque accru de développer un cancer de l’utérus, bien que, comme expliqué plus haut, il n’y a pas de recherches concluantes à ce sujet.

Vos questions fréquentes (FAQ)

Y a-t-il un risque de stérilité après un don d’ovules ?

De possibles effets néfastes du don d’ovocytes sur la stérilité n’ont pas été démontrés. Les femmes qui donnent leurs ovules pourront tomber enceintes et avoir des enfants normalement.

En cas de problèmes de fertilité postérieurs, ils ne devraient pas être liés au don.

Faire un don d’ovocytes augmente le risque de cancer ?

Des études ont montré que le risque d’avoir un cancer du sein, des ovaires, de l’endomètre ou du col de l’utérus n’augmente pas significativement après un traitement de stimulation ovarienne, même lorsqu’il s’agit de tumeurs hormonodépendantes, dont la croissance est stimulée par les hormones.

Cependant, si la femme souffre déjà d’un cancer, la stimulation hormonale qu’elle reçoit dans le cadre du don d’ovocytes peut accélérer le développement des tumeurs hormonodépendantes.

Quels sont les risques de grossesse lorsque l’on fait un don d’ovocytes ?

La stimulation ovarienne de la donneuse, c’est-à-dire une femme jeune et en bonne santé, sans problèmes de fertilité, augmente ses possibilités de tomber enceinte, ce qui est rarement son but. La donneuse devra donc s’abstenir d’avoir des rapports sexuels ou utiliser une contraception qui n’interfère pas avec le traitement hormonal.

La pilule contraceptive ainsi que tout traitement contraceptif à base d’hormones est donc à proscrire. En revanche, le préservatif ou le stérilet sont compatibles avec le don d’ovocytes.

La rédaction vous recommande

Les risques liés au don d’ovocytes sont heureusement minimes. Si l’idée de devenir une donneuse de bonheur vous tente, suivez le guide : Je veux devenir donneuse d’ovocytes.

En tant que donneuse, il se peut que vous ayez droit à une compensation financière. Pour savoir si c’est le cas, cliquez sur le lien suivant : Compensation financière du don d’ovocytes.

Pour savoir ce que deviendra votre don et à qui il sera destiné, consultez notre article : Recevoir un don d’ovocytes.

6 commentaires

  1. usuario
    Chouchou

    Intéressant ! Une collègue avait eu une réaction allergique à Ovitrelle mais je crois qu’elle était allergique à un des composants, pouvez-vous me dire quelles sont les contre-indications de ce médicament ?

    • avatar
      Isabelle GuttonConseillère en fertilité

      Bonjour Chouchou,

      Les contre-indications de ce médicament sont comme vous dites l’allergie au principe actif ou à ses excipients, les tumeurs aux ovaires, à l’utérus ou aux seins, les tumeurs dans l’hypothalamus ou l’hypophyse, le saignement vaginal d’origine inconnue, les kystes aux ovaires non causés par le syndrome des ovaires polykystiques, la grossesse extra-utérine, la grossesse et l’allaitement.

      J’espère vous avoir aidée !

  2. usuario
    Bénédicte

    Bonjour,

    Pourquoi ne pas mentionner le risque d’hémopéritoine suite à la ponction ? Certes, la complication est rare, mais a tout de même concerné 3 donneuses sur l’année 2015 en France (cf. le dernier rapport de l’agence de biomédecine). Vu le faible nombre de donneuses, ce n’est pas négligeable.
    Je fais malheureusement partie de ces 3 donneuses, et je trouve que l’information en amont donnée par le Cecos minimisait beaucoup les risques : on ne m’a parlé que des effets secondaires des médicaments… Avec une meilleure information, je me serais sans doute inquiétée plus tôt des symptômes et j’aurais été plus insistante auprès de l’équipe médicale.

    Merci.

    • avatar
      Isabelle GuttonConseillère en fertilité

      Merci pour cette information. En effet, il s’agit d’une complication rare mais non négligeable.

  3. usuario
    Lou

    Bonjour. Je suis actuellement (temporairement) en Espagne et j’ai fait un don d’ovocytes là-bas début décembre. Je reviens en France en avril et je retourne vivre avec mon copain.
    J’aimerais savoir si mon corps va se ressentir du traitement de stimulation hormonale et si, en plus de reprendre la pilule contraceptive, je dois utiliser par prudence une autre méthode de contraception.
    Merci d’avance

    • avatar
      Isabelle GuttonConseillère en fertilité

      Bonjour Lou,

      Vous ne devez pas vous préoccuper. De décembre à avril, 4 mois se seront écoulés et votre corps sera revenu à la normale. La pilule contraceptive fonctionnera comme d’habitude.

      Cordialement